Ce site utilise ses propres cookies techniques, des cookies analytiques de tierces parties anonymes ainsi que des cookies de tierces parties pouvant effectuer des profils : en accédant à un élément/zone du site hors de cette bannière, vous acceptez l'installation des cookies. Pour en savoir plus ou ne pas donner votre accord à l'installation des cookies, veuillez cliquer ici.
OUI

Manal Rostom au Technogym Village: le courage d'aller à contre-courant

Manal Rostom est une athlète égyptienne de 39 ans qui vit à Dubai. Actuellement entraîneuse personnelle à temps plein, influenceuse et figure de référence sur la scène sportive internationale, elle est venue nous rendre visite au Technogym Village, où elle s'est entraînée avec nos formats et produits et nous a parlé d'elle.
La carrière de Manal n'a pas toujours ressemblé à ça: il y a encore trois ans environ, elle occupait un poste de pharmacienne à temps plein. Mais elle a toujours été passionnée de fitness. En juin 2016, elle a décidé de changer de voie pour se consacrer entièrement au sport, et est devenue la première athlète portant un hijab à prêter son visage pour une campagne publicitaire de Nike au Moyen-Orient. Ses objectifs et ses passions l'ont poussée à créer Surviving Hijab, un groupe Facebook dédié aux femmes du Moyen-Orient. Son but? Créer un espace sécurisé pour échanger des histoires et offrir un environnement confortable pour ceux qui souhaitent apprendre à connaître cette culture.
Défier les stéréotypes et atteindre des objectifs pour servir d'exemple aux filles qui souhaitent adopter leur culture et leur religion en portant le hijab sans se sentir jugées. Tel est l'objectif de Manal et du groupe Surviving Hijab, créé apporter motivation, inspiration et conseils aux femmes qui portent le hijab. Chaque jour, Manal combat sans répit les stéréotypes négatifs auxquels elle est confrontée depuis qu'elle a décidé de porter un hijab, à l'âge de 21 ans.
En septembre 2018, elle a remporté le prix Facebook du leadership de la communauté Facebook. Cette initiative, lancée par Mark Zuckerberg, visait à renforcer les leaders de communauté, afin que chaque personne qui gère un groupe ou une page puisse se considérer comme un leader guidant les gens pour initier un mouvement en ligne. Mais la mission de Manal ne se limite pas à cette présence en ligne : à ce jour, par le biais de la page Facebook, 14 femmes se sont entraînées avec elle et ont atteint en groupe le camp de base de l'Everest. Beaucoup d'entre elles n'avaient jamais vu une montagne avant.

MA RÉUSSITE REMONTE À L'ÉPOQUE OÙ J'AI FONDÉ MON GROUPE SUR FACEBOOK, SURVIVING HIJAB, DONT LA SEULE RÈGLE EST DE RESPECTER LE CHOIX DES FEMMES ET LEUR DROIT À EXERCER LEUR FOI DE LA MANIÈRE QU'ELLES SOUHAITENT. AUCUN JUGEMENT N'EST AUTORISÉ. L'UNIQUE OBJECTIF EST D'AIDER LES FEMMES À SE SENTIR AUTORISÉES À PORTER OU NON LE HIJAB.

Ce fut donc le premier projet mené par le groupe Surviving Hijab. Manal nous explique qu'elle travaille désormais sur deux docufictions. Le premier se penchera sur l'expérience du camp de base de l'Everest, et sur les difficultés rencontrées à la montagne. Un documentaire de 20 minutes sur les défis qu'elle a relevés avec le groupe et les émotions qu'elle a ressenties, en parlant directement à la caméra. Le second, intitulé « Beyond The Veil » (« Par-delà le voile »), permet aux gens d'aller au-delà des apparences et de ne pas juger une femme de l'extérieur, sans connaître son histoire.

Toutes les réalisations de Manal

À ce jour, Manal a couru 13 marathons internationaux et gravi 7 montagnes. En ce qui concerne les marathons, elle a été la première Égyptienne à courir le marathon de la Grande Muraille de Chine. Elle est actuellement la première Égyptienne à avoir fini cinq des six marathons majeurs : Londres, Chicago, New York, Boston et Berlin. Tokyo fait toujours partie de ses projets, c'est l'un de ses rêves. Passionnée d'alpinisme, elle a été la première Égyptienne à grimper deux des sept plus grands sommets du monde : le Kilimanjaro et le versant français du Mont Blanc. L'alpinisme et la course à pied sont ses deux disciplines de prédilection, pour lesquelles elle s'entraîne.

DE NOMBREUSES PERSONNES ME DEMANDENT: POURQUOI NE T'ENTRAÎNES-TU PAS POUR UN IRONMAN? JE LEUR RÉPONDS : JE NE SAIS PAS, ÇA NE ME PLAÎT PAS.

À l'inverse, je prends beaucoup de plaisir à m'entraîner sur Climb, où l'on peut faire beaucoup de travail en 45 minutes ou 1 heure. C'est l'une des meilleures machines pour se préparer aux défis de la montagne. J'ajoute à cela du cardio à haute intensité, le Bootcamp, et de la course bien sûr, car c'est ma passion.
Lors de vos séances d'entraînement, courez-vous en extérieur ou sur un tapis de course?
Malheureusement, j'ai dû renoncer aux longues séances sur tapis de course en raison d'un récent problème au genou. Je n'ai pas de problèmes à courir dehors, même s'il fait très chaud là où je vis, et notamment à certaines périodes de l'année où il fait également très humide. Lorsque j'ai couru à Berlin en septembre 2018, les températures étaient très élevées et tout le monde se plaignait, mais c'était parfait pour moi car j'y suis habituée. En plus de la course, j'essaie de faire beaucoup de stretching, et du yoga deux fois par semaine, c'est très utile.
En octobre 2018, suite à une blessure, Manal a dû renoncer à la course pendant un court moment. Elle venait juste de participer au marathon de Berlin, suivi de celui de Chicago puis de l'ascension du Mont Blanc.

Le médecin m'a recommandé trois mois de repos, pendant lesquels j'ai effectué des séances de cyclisme en intérieur et beaucoup de rééducation. Maintenant, je vais bien et je suis prête à aller de l'avant.

Les femmes et le sport au Moyen-Orient

Pour de nombreuses filles, pratiquer certaines activités sportives là-bas peut amener à des difficultés quotidiennes, aussi bien économiques que culturelles. Des initiatives spécifiques, ainsi que le regroupement avec d'autres filles du même âge, permettent d'y remédier. Au Caire, il existe de nombreux clubs et salles de sport de luxe, mais le coût d'inscription les rend accessibles uniquement aux plus riches, tandis que les complexes sportifs publics sont dominés par les hommes.
Comment s'entraînent les filles aux Émirats?
Il existe toujours une stigmatisation, et certaines femmes ne se sentent pas à l'aise pour deux raisons: la première, ce sont les salles de sport mixtes. Beaucoup de femmes préfèrent les cours réservés aux femmes, car elles ne sont pas en paix avec leur corps et leur poids. Elles sont nombreuses à penser que les hommes peuvent les regarder et les juger, mais j'essaie de leur dire que dans la salle de sport, lorsque vous vous entraînez, peu importe comment vous êtes, à quoi vous ressemblez ou ce que vous portez. Tout le monde est concentré sur ses propres objectifs. La deuxième chose, c'est l'idée qu'il est impossible de s'entraîner à cause du hijab. Évidemment, il fait plus chaud pour nous que pour toutes les autres personnes qui s'entraînent dans des salles de sport, mais au bout du compte, nous sommes tous en sueur lorsque nous nous entraînons. C'est pourquoi, à Dubai, au Moyen-Orient, les cours pour femmes sont très populaires. Et il y a par exemple un endroit qui s'appelle le Dubai Ladies Club, qui est réservé aux femmes. Il existe également une plage accessible uniquement aux femmes, ce qui une bonne chose, bien sûr, car je peux aller nager en bikini.

La tenue de l'athlète

Malgré toutes les autres questions qui entourent les sportives arabes, celui de la tenue reste le principal aux yeux de la presse et de l'opinion publique, notamment en raison des règlements qui interdisent souvent aux athlètes de concourir voilées.

La scène sportive prend de l'ampleur au Moyen-Orient. De plus en plus de femmes sont encouragées à s'entraîner ou à participer à de très longues courses ou compétitions grâce au soutien de marques qui proposent des vêtements appropriés, notamment un hijab adapté pour le sport.

C'est essentiel pour réussir une performance dans une course. Désormais, grâce au soutien de sociétés qui proposent des vêtements pour un entraînement correct, porter un hijab n'est plus un obstacle, et vous ne pouvez plus dire: «Je ne sais pas quoi porter à la salle de sport». Jusqu'ici, c'était vraiment la plus grande excuse pour les femmes du Moyen-Orient. En Occident, c'est tellement évident d'avoir les accessoires adéquats pour s'entraîner que cela ne rentre pas du tout en compte.
Certaines personnes me demandent: «Comment fais-tu pour être toujours aussi bien habillée?» Je passe du temps à chercher le bon modèle, le bon matériel et le bon équipement pour ce que je veux faire, que ce soit de la course ou de l'alpinisme. Je traite le sport comme s'il s'agissait d'un évènement : pour chaque marathon, je réfléchis à la couleur du hijab que je vais porter, je veux avoir fière allure dans ces moments-là.